Une place pour Édouard, de Béatrice Gernot et Kris Digiacomo, éditions Frimousse 2006, 13€.

Quand Édouard est né, tout le monde était gai, à commencer par sa grande sœur. Et puis Édouard s'est mis à pleurer, il est parti en ambulance, et plus rien n'a été pareil. Les parents d'Édouard étaient préoccupés, ne parlaient plus, et la grande sœur ne savait pas ce qui se passait, sinon qu'on la négligeait. Enfant abandonnée dont la place avait été prise par un petit frère autiste...
Ce livre aborde avec délicatesse tous les chamboulements qui se produisent à l'arrivée d' « un enfant différent, pas si différent. Un enfant. Pas comme tout le monde, mais qui fait partie de notre monde, qui a besoin de tout le monde. » On voit entre ces pages pudiques aux dessins stylisés les angoisses, la colère, l'impuissance, mais aussi la force de l'amour des enfants.
C'est simple, beau et plein d'espérance.

Un petit frère pas comme les autres, écrit par Marie-Hélène Delval et illustré par Susan Varley, collection Les Belles Histoires, chez Bayard Poche 2010, 5€20.

Lili-Lapin est heureuse : elle a des parents, un grand frère, une grande sœur et un petit frère, Doudou-Lapin. Mais, au cœur de son bonheur éclosent des soucis liés à son petit frère. En effet, Doudou-Lapin est différent des autres lapins : il est tout mou, parle mal et fait pipi partout. Ses parents lui passent tout, et les copains de Lili-Lapin se moquent de lui. Pourtant, ce n'est pas parce qu'il a été malade de la trisomie avant sa naissance qu'il ne peut pas progresser ! Lili-lapin entend bien prendre les choses en main, malgré certains soirs de désespérance.
Ce petit roman aux belles illustrations fait voir aux enfants comment un enfant pas comme les autres peut évoluer si on a confiance en lui et si on lui en donne les moyens. Rien ne sert de s’apitoyer, il faut l'aider à grandir. Et même s'il régresse certains jours, il peut grandir à sa manière, se faire accepter et être fier de ses progrès.
Un livre plein d'espoir, lui aussi, à mettre entre les mains de tous.

Mina la fourmi, d'Anne-Marie Chapouton, illustré par Érika Harispé, collection les classiques du Père Castor, Flammarion, 2000, 4€20.

Mina la fourmi est bien malheureuse : elle est née avec cinq pattes au lieu de six. Ça n'est pas un gros handicap, mais tout le monde a pitié d'elle et elle n'en peut plus qu'on la regarde avec dégout ou tristesse et qu'on ne pense qu'à lui éviter toute fatigue, la pauvre petite... Pourtant, elle, elle aimerait se sentir utile et trouver sa place dans la fourmilière. Mais comment faire pour ne pas être vue avant tout comme une infirme ? Il va lui falloir pour cela une volonté d'acier et une belle créativité.
L'histoire de Mina nous permet, sans jugement ni agressivité, de nous remettre en question : quel regard portons-nous sur ceux qui sont différents, plus fragiles, handicapés ? N'avons-nous pas tendance aussi à les prendre en pitié ? Cela nous semble naturel, et nous trouvons très humain de les aider à ne pas se fatiguer. Mais justement, Mina nous montre que nos comportements les enferment dans leur handicap sans leur permettre de s'épanouir et de trouver leur place. On peut souffrir d'une infirmité et être capable de rendre le monde meilleur. Mais pour cela, il faut rencontrer des personnes bienveillantes qui nous font confiance.
Cet album réussit le tour de force de nous faire changer notre regard sur le handicap. Un excellent livre pour les petits comme pour les grands !