Pour ceux qui ne suivraient pas l'actualité française, la circulation alternée consiste à ne permettre la circulation qu'aux véhicules ayant un numéro pair les jours pairs, et qu'aux véhicules de numéro impair les jours impairs. Bien sûr cela ne serait mis en place que les jours de grande pollution (par exemple demain lundi 17 ne circuleront dans Paris et la Petite Couronne que les véhicules à numéro impair).

CE PROCÉDÉ EST DISCRIMINATOIRE ! C'EST UN SCANDALE

En effet il y a plus de jours impairs que de jours pairs dans une année : dans une année normale de 365 jours il y a 7 mois de 31 jours, 4 mois de 30 jours et 1 mois de 28 jours, donc 7x15 + 4x15 +14 = 179 jours pairs et 365 - 179 = 186 jours impairs. C'est encore pire pour les années bissextiles où le nombre des jours pairs est le même et celui des jours impairs est 187. Dans la suite je ne traiterai que le cas des années non bissextiles.
Si le numéro de votre auto est pair, votre probabilité de pouvoir circuler est donc (pour une année normale) 179 ÷ 365 = 0, 4904... et vous êtes brimé par rapport à votre voisin qui, avec son numéro impair a une probabilité 186 ÷ 365 = 0, 5095... de pouvoir rouler. Et la discrimination est pire les années bissextiles !

DIVISER LA POLLUTION PAR 2 ? SANS DOUTE PAS

En effet il y a plus de véhicules à numéro impair que de véhicules à numéro pair :
Ne tenons compte que des véhicules récents à numérotation européenne (le résultat serait analogue pour l'ancienne numérotation départementale à 3 ou 4 chiffres) : Les numéros vont de 1 à 999, il y a donc 499 numéros pairs pour 500 numéros impairs. Les jours pairs il circule donc une proportion de 499 ÷ 999 = 0, 49949... véhicules (moins de la moitié), mais les jours impairs il en circule 500 ÷ 999 = 0, 5005..., soit plus de la moitié.
Mais cela ne prouve pas grand'chose : en effet si le nombre de véhicules est divisé en gros par 2, il y a moins de bouchons générateurs de pollution « gratuite », mais les véhicules roulent plus vite, ce qui peut engendrer plus de pollution si cela augmente les régimes-moteur, mais peut aussi la diminuer si les autos roulent à la vitesse supérieure (en 4ième au lieu de 3ième, par exemple). Ce dernier phénomène ne semble pas pris en compte dans les décisions d'abaisser les limites de vitesse de 20 km/h en cas de pollution : s'il est clair qu'une voiture normale pollue moins à 110 km/h qu'à 130 km/h en 5ième, il est tout aussi clair qu'on pollue plus en 2nde à 40 km/h qu'en 3ième à 60 km/h (toujours pour une voiture « normale », je ne parle pas des Ferrari qui ne constituent qu'une faible minorité du parc automobile français).

UNE CONCLUSION OPTIMISTE

Vous aviez l'impression d'avoir 1 chance sur 2 de pouvoir circuler en cas de circulation alternée. Vous avez vu que ce n'est pas vrai (moins d'une chance sur 2 si votre numéro est pair, plus d'une chance sur 2 si votre numéro est impair).
Cependant, un récent sondage effectué sur un échantillon représentatif de 34567 Français montre que 99% d'entre eux ne savent pas quel est leur numéro minéralogique, et même ne connaissent pas sa parité.
Quelle est la probabilité de pouvoir circuler en cas de circulation alternée si on ne sait pas la parité de son numéro ?
C'est facile : c'est la probabilité d'avoir un numéro impair multipliée par la probabilité d'être un jour impair + la probabilité d'avoir un numéro pair multipliée par la probabilité d'être un jour pair, c'est-à-dire :
(500 ÷ 999) x (187 ÷ 365) + (499 ÷ 999) x (179 ÷ 365) = 0, 50138...

MORALITÉ :

Oubliez que le numéro de votre voiture est pair et vous aurez plus d'une chance sur 2 de pouvoir circuler ! Et vivent les probas !